Pour une véritable éthique de l’innovation

Déc 31, 2020

L’innovation est le moteur de notre économie. Numérique, omni­présente, transversale, elle oblige les entreprises à se positionnertrès clairement sur les valeurs qui guident leurs choix commerciaux. Entretien avec Johan Rochel, cofondateur d’Ethix, un laboratoire qui accompagne les entreprises vers une innovation plus durable.

Texte : Muriel Raemy, paru dans moneta 2/2020

moneta: Que font des éthiciennes et éthiciens passionné-e-s d’innovation numérique? 

Johan Rochel: Il s’agit pour Ethix de mettre certains sujets à l’agenda et de transmettre des compétences. Dans notre domaine, l’éthique arrive souvent par les scandales. Sans Cambridge Analytica ou les vols de données chez les acteurs financiers, les thèmes que nous traitons auraient moins de visibilité! Ces affaires, en plus de révéler les enjeux liés à l’acquisition et l’utilisation des données, questionnent aussi le sens de ces innovations: à qui et à quoi servent les données? L’innovation n’est jamais neutre.

Loin de servir uniquement d’alibi, l’éthique peut-elle vraiment agir comme antidote à la maximisation du profit à tout prix?
Il y a deux visions de l’éthique. D’une part, on peut critiquer frontalement le monde de l’entreprise. D’autre part, on peut aller discuter, échanger et s’accorder sur les valeurs à défendre avec ces mêmes entreprises. Nous avons choisi cette deuxième approche, basée sur les risques et les opportunités que soulève une technologie. À mon avis, les entreprises n’ont pas vraiment le choix d’entrer dans ce dialogue: celles qui ne le font pas de leur plein gré seront obligées d’y venir à un moment ou un autre! Les conséquences de décisions désastreuses des géants du numérique rejaillissent sur les acteurs de la même branche, de manière globale. Et les valeurs de liberté individuelle et de respect connaissent un momentum social sans précédent. 

Source

ethix.ch