alternatives économiques

Pour une économie réelle

Les systèmes financiers reflètent la vision d’un monde asservi à nos besoins. Le mythe d’une croissance indéfinie et infinie a nourri l’État social. Depuis les Trente Glorieuses, nous avons cru qu’une augmentation continue des richesses permettait de s’économiser la question de la justice.

Posons les questions essentielles des causes de nos maux collectifs. Questionnons la forme juridique d’un monde tel qu’il devrait être. Reprendre son argent en main – s’intéresser aux mécanismes volontairement opaques de la dette et de la création monétaire, interroger l’actionnariat, la marchandisation de la force de travail, la taxation de ou non de certaines transactions boursières – permet  d’envisager convivialité et durabilité au centre de nos échanges et d’assurer à toutes et tous des moyens d’existence dignes et valorisants.